Les bobos

Carnet des Bobos

Retournez au Carnet »

vendredi 12 octobre 2012

Carré Blanc

Visiter une galerie d'art contemporain est une activité Bobo par excellence. Pour Sandrine et Étienne, quel est le symbole ultime derrière ce carré blanc?

dimanche 18 novembre 2012 - 0h00

"Pour moi, cette lumière-là, ça évoque le retour au plateau, après un souper à St-Eustache." (Sandrine).

Patrick, Québec

vendredi 9 novembre 2012 - 0h00

le noir.

Geneviève, Rosemère

vendredi 26 octobre 2012 - 19h54

Dernièrement j'ai vu un bon prêtre de l'Institut PIE X portant fièrement son col romain et je lui ai dit: «mais tu portes un carré blanc?» C'est plus rassurant qu'un carré rouge non?

Gilles Pelletier, Québec

vendredi 19 octobre 2012 - 21h40

C'est une expression contemporaine du refus global du racisme où le carré blanc éclairé exprime l'acceptation de toutes les couleurs, les religions, et les cultures, dans les quartiers adjacents au Plateau qu'il fait bon visiter de temps en temps pour identifier les différences question de se rendre intéressants dans des discussions intraplatozoïdes. C'est aussi un signe de protestation pour préserver la spcificité de la faune du Plateau. Tant de beauté !!!

Guy Brosseau, Boisbriand et le Plateau, Lino est notre ami commun !

mardi 16 octobre 2012 - 22h40

C'est une lumière divine venant du Grand Créateur, lui-même ; Yes, it's God ! qui nous inspire à vomir nos émotions sur des sujets quelconques tant que cela sucite un intérêt et qu'Herby Moreau en parle dans Star Système !

Liza-Marie, Montréal

lundi 15 octobre 2012 - 14h20

TROP DE BEAUTÉ!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (inconscience de 15 min) TROP DE BEAUTÉ!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (inconscience de 15 min) TROP DE BEAUTÉ!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (inconscience de 15 min) TROP DE BEAUTÉ!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (inconscience de 15 min)

Mathieu St-Gelais, Québec

lundi 15 octobre 2012 - 9h11

Inconsciemment Étienne et Sandrine se reconnaissent complètement dans la vacuité totale et insipide d'une grande toile blanche. Exposée sur le mur d'une galerie pour "flasher" et donner l'impression qu'il y a un propos articulé derrière ce "choix artistique", c'est tout à fait à l'image de nos deux poseurs superficiels préférés, qui aiment à paraître et à s'exposer tout en n'ayant rien à dire de constructif - en autant qu'on le dit avec beaucoup de beaux mots de trois syllabes et plus!

Félicia, Rimouski, ben loin ben loin ben loin...!

dimanche 14 octobre 2012 - 23h57

Le musellement de l'artiste dans sa recherche créatrice profonde sur le comportement humain face au cynisme des mesures artistiques éclectiques et contemporaine, dans l'ensemble de ses valeurs.

Mathieu, Québec

dimanche 14 octobre 2012 - 17h14

Oh! My God! Mais le blanc c'est l'infini possibilité. Tu es écrivain et tu as peur de la page blanche? Calme toi. Tout est là. Et que dire de cette toile, que dis-je, cette oeuvre d'Alonzo Paradis. D'un blanc immaculé. Ça dit tout...et rien.

Claudie, 60km du Plateau

dimanche 14 octobre 2012 - 7h33

Il peut y avoir plusieurs interprétations mais celles ci se doivent toutes d'inclure un soupçon de pseudo psychologie freudienne impliquant la sexualité trouble de l'artiste.

B. Côyé, Longueuil

samedi 13 octobre 2012 - 14h03

(Étienne)Aaaah, on voit tout de suite l'ancrage néo-grunge embrouillé par la noirceur sociétale de l'ère hyperindividualiste moderne. C'est teeeellement évident! (Sandrine) Oui, même Arcade Fire reproduit ce concept-là dans tous ses shows!

Gabrielle D., Sherbrooke

samedi 13 octobre 2012 - 7h39

C'est la pureté inespérée d'un banc de neige qui se retrouve au Nord du Lac Archambault ou encore, cette blancheur tout autant inespérée de la Classe Politique qui tenterait d'aller communier sans passer par un confessional.

Gilles Pelletier, Québec

samedi 13 octobre 2012 - 6h31

Je pense que le carré blanc est une métaphore de la création comme activité purificatrice qui permet à l’Humain de s’approcher du Divin. Le carré blanc est un symbole de l’omniprésence créatrice dans la vie quotidienne : chaque action bobo est création, même l’utilisation d’un sèche-cheveux.

Loïc, Nantes (France)

vendredi 12 octobre 2012 - 22h43

Une vue du Québec par la fenêtre, dès le mois de Novembre.

Karl, Métabetchouan

vendredi 12 octobre 2012 - 21h43

Une singulière évocation du mariage en le paradigme postmoderne et le sentiment de tristesse retrouvé dans les crêpes faites par Uma Thurman dans un film de Tarantino, quoique ça fait très année 2000. Mais, maintenant que les étudiants réinventent le monde avec leurs carrés arc-en-ciels, il faut surtout se référer à un illustre auteur du Djibouti venu résider dans Charlevoix en quête de compréhension et en harmonie avec la neige.

Éléna, Québec

Publier »