Les bobos

Carnet des Bobos

Retournez au Carnet »

lundi 4 mars 2013

Lexique à Bobo

Étienne et Sandrine font maintenant des « lexiques à Bobo ». Quel mot ou expression pourriez-vous ajouter au lexique ?

jeudi 4 avril 2013 - 0h00

«Urbain», qu'on utilise dans plusieurs expressions courantes qui se contredisent. C'est urbain, c'est branché, c'est in. Condo urbain, c'est situé le long d'un boulevard miteux. La mode safari urbain - un paquet de monde se mettent des vêtements aux motifs de léopard, zèbres et autres. on les rassemble dans un wagon de métro, ça y est, c'est un safari urbain!

Layla, Boucherieville

mercredi 3 avril 2013 - 0h00

Il serait de bon ton pour le Bobos d'écrire "au son" en faisant plein de fautes, par pur snobisme et en se moquant des puristes. Un peu comme si l'orthographe et la langue devaient être réinventés, et qu'ils s'autoproclamaient comme étant l'avant-garde de la nouvelle tendance. Cela dit, le terme "avant-garde" avec son petit côté rétro marxiste-léniniste est p-ê mûr pour sa "réinsertion sociale".

Sylvain Dandenault, Gatineau

dimanche 10 mars 2013 - 0h00

Les expressions acadiennes sont TELLEMENT indiquées ici. Par exemple, "draguer out" veut dire "trainer hors de" comme dans, "je l'ai dragué out de son car" pour "Je l'ai trainé hors de sa voiture"*. Voir le roman Pour sûr, de France Daigle, pour d'autres expressions typiquement acadiennes qui semble croquée sur le vif. Absolument branché vu la vague de parlûre acadienne qui inonde chaleureusement la cheville des habitants du Plateau. *dis un jeune héros acadien qui a sorti une dame de sa voiture en flammes il y a quelque semaines

Emma, Ste-Marie-St-Raphaël

vendredi 8 mars 2013 - 0h00

Je dirais le mot "nanar"... C'est la toute dernière trend en matière de snobisme, de dire qu'on aime les nanars... :)

Sara, Montréal

vendredi 8 mars 2013 - 0h00

Dans les termes de cuisine, il faut parfois préciser certaines appellation de mets considérés comme étant de la cuisine locale. Ainsi dernièrement dans un resto snob du Plateau on avait mis au menu du «hachis Parmentier» qui n'était au fond qu'un vulgaire «pâté chinois». Une bonne fois pour toute, il faut informer tout le monde ici que dans un «hachis Parmentier» il n'y a pas de blé d'inde ou de blé d'inde en crème. Le «hachis Parmentier» est originaire d'Europe et on sait qu'à une certaine époque le blé d'inde ne poussait toujours pas chez les Gaulois ou chez les Francs. C'est venu par après, mais on le gardait pour nourrir les vaches. Pour tous les bobos également, il faut savoir que le «pâté Chinois» n'existe pas en Chine.

Gilles Pelletier, Québec, ville qui voudrait bien avoir un Pape pour agrémenter ses tours de ville en calèche.

mercredi 6 mars 2013 - 0h00

Depuis le début mars 2013, une nouvelle locution est apparue dans la langue française. On peut dire maintenant: «l'Ex-Pape» et il pourrait être invité au Club des Ex. Nous pourrions dire aussi Pape Émérite, qui signifie: «un soldat qui a fait son temps» comme vieille expression qu'on utilisait vers 1335.

Gilles Pelletier, Québec, qui ne dort plus la nuit à la pensée du retard à inaugurer l'amphithéêtre «pelle à dos spore».

mardi 5 mars 2013 - 0h00

Faut toujours avoir une oreille attentive au sujet des mots. Par exemple si on dit : «ruminer», cela veut dire remâcher les aliments. Puis si on dit : «rue minée» cela veut dire de ne pas marcher sur cette rue, car tout peut exploser à tout moment. Faisons attention aux maux qui courent et ainsi on pourra statuer sur la construction des mots.

Gilles Pelletier, Québec, ville attachante pour attachés cases.

lundi 4 mars 2013 - 0h00

Voici deux mots de la langue française que nous devrions insérer régulièrement dans nos conversations. Le premier, c'est «panacée» ce qui veut dire par exemple que le «Plateau» n'est pas un remède universel (une panacée) pour soigner les artistes, les souverainistes, les défaitistes et tous les autres finissants en «istes» qui sont en manque d'énergies créatrices. Le deuxième mot, je l'avais toujours imaginé au féminin, mais il est bien masculin. C'est «pancrace», qui n'est pas autre chose qu'un exercice gymnique, combinant la lutte et le pugilat. C'est idéal pour Sandrine et Étienne à la fin d'un repas bien arrosé avec des amis banlieusards qui sont dans l'expectative d'utiliser une nouvelle carte à puce «gold» qui donne des rabais dans des studios de purgations.

Gilles Pelletier, Québec, la ciudad muerta del norte.

Publier »