Les bobos

Carnet des Bobos

Retournez au Carnet »

mercredi 27 mars 2013

Activité bobo

Les Maxou se sont mis au mime! Quelle activité ultra bobo n’ont-ils pas encore essayée?

mercredi 3 avril 2013 - 0h00

Du hot yoga acrobatique dans l'eau d'un bain nordique.

Layla, Mont-Royal

vendredi 29 mars 2013 - 0h00

Comment se faire voir à la grandeur de la province, en se servant du réseau TVA? C'est pas simple pour un bobo, car il faut se laisser descendre du Plateau pour déambuler du côté d'Alexandre-Desève coin Ste-Cath. Ensuite il s'agit de repérer les reportages en direct de la belle Colette Provencher, la madame météo du Canal 10. Enfin, noter soigneusement la fréquence des apparitions télé. Le printemps s'en vient et elle ne fera plus de représentations en direct de la toiture du 10 et s'en ira dans la rue avec son équipe technique et les machines. C'est alors que les bobos pourraient se placer idéalement dans le bon angle des caméras et faire des salutations bruyantes et délurées, juste au moment où la madame météo débute ses pronostiques sur la température qu'il fera. Ainsi les bobos deviendraient des éléments impayables, captés pour un grand moment télévisuel,par une station privée de Montréal et retransmis dans tout le Québec et ailleurs au Canada quand le cablo-distributeur n'est pas trop anti-francophones et qu'il fait son beurre avec les francos qui s'y trouvent. C'est une activité physique équivalente à une marche de santé et qui fait augmenter son cardio quand on doit remonter ensuite à pied sur le Plateau, mais elle permet aussi une satisfaction très personnelle quand, arrivés à la maison, la sonnerie du téléphone se fait entendre et que des amis appellent de partout pour vous dire: "Aille, on vous a vu à la télé en regardant la météo, tout à fait par hasard, au 10 et vous étiez donc bien bons". Ou encore,:"Aille Sandrine et Étienne, on vous a vu dans Hochelaga-Maisonneuve, avez-vous changé de quartier?".

Gilles Pelletier, Québec, la ville où depuis 20 ans sait qu'il y a de la pollution, mais continue d'avoir les deux pieds dans la même bottine.

jeudi 28 mars 2013 - 0h00

Il n'ont jamais fait de "Géocaching" un terme faussement franglais qui sonne mal. Une activité rendue bien trop élaborée... Besoin d'un GPS, avoir le kit de randonneur urban, coucher à l'hôtel pour trouver des objects que tu peux même pas garder qui sont caché un peu partout. C'est rendu une activité de couple, party de bureau, en famille... C'est tellement rendu populaire. Un saut en Hélicoptère en parachute c'est rendu tellement "in" et une expérience de star. Maintenant les gens prennent des photos en chute libre et ammene leur camera pour ce voir après. Ce qui fait des images merveilleuses de personnes terrifiées. Avec leur personnalité, c'est sur que ça va faire tellement des belle images... Aller a des salon (de la mariée, du livre, canin,... ) Aller a un théâtre d'été pour découvrir l'art hors de Montréal avec leur amis de Brossard. Faire un don de sang dans le milieu d'un magasin à Montréal. Aller au Mont Tremblant pour avoir l'air huppé mais être incapable de faire du ski, donc ils se prennent en photo et font "du chalet". Les voir faire des photos "instagram", un cliché!

Andréanne Des Aulniers, Sainte-Foy, Québec

mercredi 27 mars 2013 - 0h00

Notre petit couple de bobos ne s'est pas encore mis à la généalogie. Pourtant, Sandrine Noname serait étonnée d'apprendre que son arrière grand-père Noname était né en Écosse, d'une mère qui était femme de chambre dans un des fiefs de la famille royale britannique. Du côté d'Étienne, on ne sait peu de chose, si ce n'est que le premier Maxou, arrivé en Amérique, était entré illégalement en provenance d'un port de la Martinique qui venait délivrer des tonneaux de mélasse pour le compte des frères Molson. On a pu retrouver, chez un notaire du vieux Montréal, un contrat passé entre un Robert Noname et un Antoine Maxou pour l'établissement de palefreniers desservant les propriétaires de chevaux qui servaient au transports des Montréalais sur les grandes artères marchandes. On ne peut établir un lien de parenté véritable entre la Sandrine d'aujourd'hui et notre Étienne Maxou. Il y a de fortes chances qu'ils soient parent. Alors nos bobos pourraient pousser davantage la recherche et qui sait . . .

Gilles Pelletier, Québec, où le nickel se respire, mais la santé publique dit que c'est pas grave.

Publier »